Belle surprise avec ce CD de Roger Muraro que l’on n’attendait sans doute pas vraiment dans ce programme.
Le mieux est de laisser le soliste s’exprimer : “J’ai attendu longtemps avant d’écouter les Sonates en si mineur de mes grands prédécesseurs, les Maîtres… tous si diffé- rents. Car j’ai très tôt fait de cette œuvre mon histoire, tant j’étais porté par l’événement que je vivais.”
La maîtrise de Muraro et ses affinités avec le compositeur sont évidentes du début à la fin de ce très beau CD.
L’interprétation du pianiste doté d’une technique éblouissante est empreinte d’une grande poésie et peut oser la comparaison avec le grand Jorge Bolet, qui était jusqu’à présent la référence absolue.
À noter, le superbe coffret de La Dolce Volta.

Création site internet Peach